Autrui




Une image, un texte



Image du film Playtime de Jacques Tati (1967).

Par une froide journée d'hiver, un troupeau de porcs-épics s'était mis en groupe serré pour se garantir mutuellement contre la gelée par leur propre chaleur. Mais tout aussitôt ils ressentirent les atteintes de leurs piquants, ce qui les fit s'éloigner les uns des autres. Quand le besoin de se chauffer les eut rapprochés de nouveau, le même inconvénient se renouvela, de façon qu'ils étaient ballottés de çà et de là entre les deux souffrances, jusqu'à ce qu'ils eussent fini par trouver une distance moyenne qui leur rendit la situation supportable. Ainsi, le besoin de société, né du vide et de la monotonie de leur propre intérieur, pousse les hommes les uns vers les autres; mais leurs nombreuses qualités repoussantes et leurs insupportables défauts les dispersent de nouveau. La distance moyenne qu'ils finissent par découvrir et à laquelle la vie en commun devient possible, c'est la politesse et les belles manières. En Angleterre, on crie à celui qui ne se tient pas à distance : Keep your distance! - Par ce moyen, le besoin de chauffage mutuel n'est, à la vérité, satisfait qu'à moitié, mais en revanche on ne ressent pas la blessure des piquants. - Celui-là cependant qui possède beaucoup de calorique propre préfère rester en dehors de la société pour n'éprouver ni ne causer de peine.

Schopenhauer, Parerga et Paralipomena, 1851.





Problèmes essentiels

  1. Peut-on se passer d'autrui ? Sa présence est-elle nécessaire ou la solitude est-elle préférable ?

  2. Identité/altérité : mon identité existe-t-elle indépendamment d'autrui ? Se construit-elle contre autrui ou grâce à lui ?

  3. Le conflit. La peur de l'autre : Pourquoi autrui peut-il faire peur ? Quelles menaces peut-il représenter ?

  4. Rencontrer/Connaître autrui : Qu'est-ce que cela veut dire ? Est-ce possible ? Par quels moyens ? Quels sont les obstacles ?

  5. Se connaître soi-même par autrui : Puis-je me connaître sans autrui ? Autrui me connaît-il mieux que je me connais moi-même ?

  6. Autrui comme sujet moral

Textes et références utiles

I - Peut-on vivre seul ?

L'humain est-il fait pour vivre seul ? Que provoque ou pourrait provoquer une solitude extrême, radicale ? Les deux références qui suivent permettent d'explorer ces questions. L'une en réfléchissant sur les cas, réels, de ce qu'il est convenu d'appeler des "enfants sauvages"; l'autre, en passant par la fiction, comme pour imaginer une expérience de pensée.

  1. Le cas des enfants sauvages :
    - Le livre de Lucien Malson, Les enfants sauvages, est un classique des sciences humaines, même si la fiabilité de certaines de ses sources, ou sa méthodologie, sont sujettes à controverses depuis quelques années. L'auteur, philosophe de formation, y développe des réflexions sur ce que révèle ces cas, de la nature humaine. Lorsque le livre sort, dans les années 60 (en 1964, précisément), un grand débat agite en effet les sciences (psychologie, sociologie, biologie...), celui de l'inné et de l'acquis : on se demande ce qui, dans le comportement de l'homme, trouve sa source dans la nature, et ce qui, au contraire, est construit par l'éducation, la culture.
    - Lecture complémentaire : Elisabeth de Fontenay, philosophe qui a beaucoup travaillé sur les rapports entre l'homme et les animaux à travers l'histoire, et donc sur la "frontière" réelle ou supposée entre eux : Les enfants sauvages (article publié sur franceinter.fr, le 17 janvier 2012).

  2. L'histoire de Robinson crusoé :
    - L'histoire de Robinson crusoé, en particulier telle qu'elle est racontée par Michel Tournier dans Vendredi ou les limbes du Pacifique (1967) peut être considérée comme une expérience de pensée dans laquelle l'auteur réfléchit sur la solitude extrême, prolongée, sur les effets qu'elle pourrait produire sur un homme.
      Au début de son séjour sur l'île sur laquelle il a échoué, le personnage de Robinson, après la phase pendant laquelle il a tout essayé pour rejoindre la civilisation, connaît une période de profond désespoir, d'anéantissement : Tournier décrit un processus de déshumanisation qui n'est pas loin de faire sombrer le héro dans la folie. Lire par exemple cet extrait, dans lequel Robinson revient lui-même sur ce qui lui arrive.

II - Peut-on vivre avec les autres ?

Nous venons de voir que nous ne pouvions vivre seul, qu'un monde sans autrui est impossible. Cela veut-il dire que vivre avec les autres est aisé ? Evidemment pas. Lorsqu'ils vivent en société, les hommes on certes besoin les uns des autres, mais en même temps ils ne se supportent pas. Ils ne cessent de se "gêner", de se heurter (dans tous les sens du terme) les uns les autres. Les deux textes qui suivent font état de cette ambivalence des relations humaines.

  1. Schopenhauer, Les porcs-épics.
    - A quelle distance faut-il se tenir des autres pour bénéficier des avantages de la vie en société, sans, ou en minimisant, les inconvénients de cette cohabitation ?

  2. Kant, L'insociable sociabilité de l'homme.
    - Selon Kant, cet aspect contradictoire des rapports à autrui est inscrit dans la nature de l'homme elle-même : l'homme est par nature un être sociable-insociable. Deux forces (le modèle newtonien de l'univers inspire ici Kant) gouvernent l'univers social : une force d'attraction, qui rapproche les hommes les uns des autres; une force de répulsion, qui les poussent au contraire à s'éloigner. Le point remarquable dans ce texte (qui d'ailleurs est extrait d'un livre dans lequel Kant s'interroge sur la dynamique de l'histoire humaine) est que kant ne regrette pas cette insociable sociabilité, il ne s'en lamente pas. Elle a une fonction éminente dans l'histoire humaine : elle est ce qui met les hommes en mouvement, ce qui les contraint à développer toutes leurs facultés, pour surmonter les obstacles, que nos seulement la nature, mais aussi la vie sociale, met devant eux.

III - Dans la relation à l'autre : se perdre ou se trouver ?

  1. L'être-avec et la dictature du On chez Heidegger : [commentaire audio]
    - Texte 1 - Texte 2 - Texte 3

  2. Sartre et le pour-autrui :[commentaire audio]
    - L'apparition d'autrui dans le monde : chapitre sur le regard. L'expérience du parc.
    - L'expérience de la honte.
    - Que signifie la fameuse formule "L'enfer c'est les autres" de la pièce Huis-clos, souvent citée ?
    NB : Pour en savoir plus, voir (dans la partie Compléments du site) la fiche sur Sartre et l'existentialisme

IV - Autrui comme sujet moral

  1. Kant, La personne.
  2. Levinas, Le visage.
  3. Marcel Conche, Le dialogue.
  4. Pour prolonger la réflexion sur cette aspect-là du questionnement sur Autrui, voir la fiche sur La morale.

Vocabulaire

Subjectivité - Identité/Altérité - Intersubjectivité - Sympathie - Empathie - Analogie - Solipsisme - Respect - Dignité/Prix - Moyen/fin - Relatif/absolu

A voir

- L'enfant sauvage de François Truffaut, (1970).
- Une autre femme de Woody Allen, (1988).
- Trust me de Hal Hartley, (1990).
- Will hunting de Gus Van Sant, (1997).

Exemples de sujets

Dernière mise à jour (en cours) : 02/04/2020