Danto (Arthur)

Le monde de l'art

Monsieur Andy Warhol, l'artiste Pop, expose des fac-similés de boîtes de Brillo, entassées les unes sur les autres, en piles bien ordonnées, comme dans l'entrepôt d'un supermarché. Il arrive qu'ils soient en bois, peints pour ressembler à du carton, et pourquoi pas ? (...) Il importe peu que la boîte de Brillo puisse ne pas être du bon art, encore moins du grand art. La chose impressionnante, c'est qu'elle soit de l'art tout court. Mais si elle l'est pourquoi les boîtes de Brillo habituelles qui sont dans l'entrepôt ne le sont-elles pas ? C'est qu'un entrepôt n'est pas une galerie d'art. (...) En dehors de la galerie ce ne sont que de simples boîtes. L'artiste a échoué à produire simplement un simple objet réel. Il a produit une œuvre d'art, son utilisation des boîtes de Brillo n'étant qu'une extension des ressources dont disposent les artistes, un apport aux matériaux. Ce qui finalement fait la différence entre une boîte de Brillo et une œuvre d'art qui consiste en une boîte de Brillo, c'est une certaine théorie de l'art. C'est la théorie qui la fait rentrer dans le monde de l'art, et l'empêche de se réduire à n'être que l'objet réel qu'elle est. Bien sûr, sans la théorie, on ne la verrait probablement pas comme art, et afin de la voir comme faisant partie du monde de l'art, on doit avoir maîtrisé une bonne partie de la théorie artistique, aussi bien qu'une bonne partie de l'histoire de la peinture récente. Ce n'aurait pas pu être de l'art il y a cinquante ans. (...) Le monde doit être prêt pour certaines choses, le monde de l'art comme le monde réel. C'est le rôle des théories artistiques, de nos jours comme toujours, de rendre le monde de l'art et l'art possibles. Je serais enclin à penser qu'il ne serait jamais venu à l'idée des peintres de Lascaux qu'ils étaient en train de produire de l'art sur ces murs. A moins qu'il n'y ait eu des esthéticiens néolithiques.
Danto (Arthur), Le monde de l'art, 1988

Retour à la liste de textes