Heidegger

La dictature du On

(...) Le Dasein se tient, en tant qu'être-en-compagnie quotidien, sous l'emprise des autres. Il n'est pas lui-même; l'être, les autres le lui ont confisqué. Le bon plaisir des autres dispose des possibilités d'être quotidiennes du Dasein. Par là ces autres ne sont pas des autres déterminés. Au contraire, chaque autre peut en tenir lieu. La seule chose décisive en pareil cas est que la domination des autres se remarque si peu que, sans s'en rendre compte, le Dasein en tant qu'être-avec l'a déjà reprise à son compte. On fait soi-même partie des autres et on renforce leur puissance. "Les autres", comme on les appelle pour camoufler l'essentielle appartenance à eux qui nous est propre, sont ceux qui, dans l'être-en-compagnie quotidien, d'abord et le plus souvent "sont là". Le qui, ce n'est ni celui-ci, ni celui-là, ni nous autres, ni quelques-uns, ni la somme de tous. Le "qui" est le neutre, le on.

(...) Dans l'usage des moyens publics de transport en commun et dans le recours à des organes d'information (journal), chaque autre équivaut l'autre. Cet être-en-compagnie fond complètement le Dasein qui m'est propre dans le genre d'être des "autres" à tel point que les autres s'effacent à force d'être indifférenciés et anodins. C'est ainsi, sans attirer l'attention, que le on étend imperceptiblement la dictature qui porte sa marque. Nous nous réjouissons et nous nous amusons comme on se réjouit; nous lisons, voyons et jugeons en matière de littérature et d'art comme on voit et juge; mais nous nous retirons aussi de la "grande masse" comme on s'en retire; nous trouvons "révoltant" ce que l'on trouve révoltant. Le on qui n'est rien de déterminé et que tous sont, encore que pas à titre de somme, prescrit le genre d'être à la quotidienneté.

Heidegger, Être et temps, §27, 1927

Retour à la liste de textes