Hume

Des actes contre nature ?

C’est chose impie, dit la vieille superstition romaine, que de détourner les rivières de leur cours, ou d’empiéter sur les prérogatives de la nature. C’est chose impie, dit la superstition française, que d’inoculer la variole ou d’usurper le rôle de la providence en produisant volontairement des désordres et des maladies. C’est chose impie, dit la moderne superstition européenne, que de mettre un terme à notre propre vie, et de nous rebeller ainsi contre notre Créateur ; et pourquoi ne serait-ce pas impie, repartirais-je, de construire des maisons, de cultiver le sol, de naviguer sur l’océan ? Dans toutes ces actions, nous employons les pouvoirs de notre esprit et de notre corps, pour produire quelque innovation dans le cours de la nature ; et dans aucune de ces actions nous ne faisons quoi que ce soit d’autre. Toutes sont donc également innocentes, ou également criminelles.
Hume, Sur le suicide, 1777

Retour à la liste de textes