Jacob (François)

Darwin et la question de la finalité dans la nature

Ce qu’a montré Darwin avec la sélection naturelle, c’est la possibilité de remplacer l’intention, le dessein qui semble guider l’évolution du monde vivant, par un système de causalité physique. Un mécanisme, simple dans son principe, permet de simuler les actions qu’une volonté dirige vers un but. But et volonté signifient qu’une intention précède l’action; qu’un projet d’adaptation préexiste à la réalisation des structures. La théorie de la sélection naturelle consiste très précisément à retourner cette proposition. Les structures se forment d’abord. Ensuite elles sont triées par les exigences de la vie et de la reproduction. Ne peuvent persister que celles accordées à leur milieu. C’est de ce renversement (...) que vient l’importance de Darwin pour notre représentation de l’univers et de son histoire. En théorie, toute séquence d’événement qui, a posteriori, paraît orientée vers un but peut être expliquée par un mécanisme physique, par une série d’essais avec élimination des erreurs. Il faut dire en théorie, car bien des lacunes demeurent encore dans notre compréhension de l’évolution. Et peut-être demeureront-elles fort longtemps. Malgré les développements récents de la génétique, nous ne connaissons pas toutes les ruses de l’hérédité. (...) Mais la substitution d’une causalité physique à une harmonie préétablie est désormais acquise.
Jacob (François), Evolution et réalisme, 1974

Retour à la liste de textes