Rosset (Clément)

Critique de l'introspection

Tout d'abord, cette identité est un objet invisible car il est impossible de l'observer : les autres ne peuvent percevoir que mon extérieur, et je manque moi de la distanciation minimale qui me permettrait de m'apercevoir. L'introspection, qui signifie littéralement "observation de soi-même", est une contradiction dans les termes : un "je" ne peut se prendre comme sujet d'étude, pas plus qu'une lunette d'approche ne peut se prendre elle-même comme objet d'observation. Il est d'ailleurs remarquable que l'introspection - en dehors des cas où elle désigne une analyse de sa pensée et une observation des autres, comme chez Montaigne ou Descartes - soit un vocable employé le plus souvent pour désigner une opération inverse de celle que le terme semble définir : terrain d'élection du narcissisme, l'introspection est le plus souvent l'offrande complaisante de sa personne au regard de l'autre. En dehors des cas mentionnés plus haut, elle apparaît comme un discours exhibitionniste dont elle constitue un genre particulièrement déplaisant dans la mesure où elle ajoute, au fait de se composer un visage à destination de l'autre, l'imposture de prétendre restreindre son intérêt à l'observation de soi-même. Le désir d'être vu se travestit en somme en intention de se connaître. Moins sincère en cela que le simple narcissisme, qui tend à attirer sur sa personne l'attention de l'autre et n'en fait pas mystère, l'introspection narcissique fait mine de ne s'observer que pour soi-même (...)
Rosset (Clément), Loin de moi, 1999

Retour à la liste de textes