maphilosophie.fr

Tu dois, donc tu peux
(Kant)



Découvrir la philo

Voici une liste de livres et de films que vous pouvez lire / visionner et qui vous permettront d'aborder en douceur (!) la réflexion philosophique : (liste encore en construction, 01/07/2018)



Littérature

Damasio (Alain), La horde du contrevent.

Huxley (Aldous), Le meilleur des mondes.

Un des plus grands roman de science-fiction. Dans une société future, la science et la technique ont réussi à éliminer tous les tourments et les hasards de la condition humaine. Les humains vivent parfaitement heureux dans une société totalement inégalitaire dans laquelle plus rien ne compte que le divertissement, la consommation et la sexualité... ("Toute ressemblance avec une situation réelle ne serait que pure coïncidence" !)
Orwell (George), 1984.

1984 est communément considéré comme une référence du roman d'anticipation, de la dystopie, voire de la science-fiction en général. La principale figure du roman, Big Brother, est devenue une figure métaphorique du régime policier et totalitaire, de la société de la surveillance, ainsi que de la réduction des libertés. (...) Il décrit une Grande-Bretagne (...) où s'est instauré un régime de type totalitaire fortement inspiré à la fois du stalinisme et de certains éléments du nazisme. La liberté d'expression n’existe plus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées, et d’immenses affiches sont placardées dans les rues, indiquant à tous que « Big Brother vous regarde » (Big Brother is watching you).
Sartre (Jean-Paul), Huis clos.

Trois personnages coincés ensemble, sans espoir de pouvoir échapper aux regards des autres, découvrent que "l'enfer, c'est les autres".


Pop philosophie

Parce qu'on peut philosopher à partir du cinéma, des séries etc. de plus en plus d'auteurs s'intéressent aux œuvres de la culture "pop" pour en montrer les implications philosophiques. Où l'on se rend compte qu'il y a des points communs entre Matrix et l'allégorie de la caverne, que Ned Stark est un banneret de Lord Kant, ou que Harry Potter n'a pas le même rapport à la mort que Voldemort...

Chaillan (Marianne), Game of Thrones, une métaphysique des meurtres.

L'auteure montre que toute la série aborde des questions philosophiques fondamentales : Comment conquérir le pouvoir ? Peut-on rester intègre lorsqu'on l'exerce ? Agir moralement, est-ce respecter absolument certains principes ou s'adapter aux circonstances ? etc... Livre qui peut autant satisfaire les fans de la série que les curieux de philosophie.
Chaillan (Marianne), Harry Potter à l'école de la philosophie.

Des dizaines sinon des centaines de millions de lecteurs aux quatre coins du monde ont voyagé dans le monde magique de Harry Potter, découvrant livre après livre et film après film, un univers merveilleux et fascinant. Mais savaient-ils qu’en montant avec lui dans le « Poudlard Express » sur la voie 9 3/4, ils allaient s’ouvrir aux plus grandes thèses de la philosophie ? Car Harry Potter ne nous fait pas seulement entrer à l’école des sorciers mais aussi à l’école platonicienne. Le sage Dumbledore se fait tour à tour stoïcien, adepte de Berkeley et maître de philosophie morale. Le fougueux Sirius Black est le porte-voix des thèses sartriennes sur la liberté humaine contre la vision déterministe du Professeur Trelawney. Lord Voldemort et ses Mangemorts, quant à eux, nous interrogent sur la philosophie de Nietzsche… À Poudlard, on suit certes des cours de Défense contre les Forces du mal, de Métamorphose et de Sortilèges. On apprend aussi et surtout la philosophie. Le long cheminement de Harry jusqu’au combat final avec le Seigneur des Ténèbres dévoile même une philosophie de la finitude propre à l’oeuvre de J. K. Rowling. Cet ouvrage vous propose de revisiter les aventures de notre cher sorcier pour y vivre, avec un plaisir toujours renouvelé, une remarquable initiation à la philosophie. (Description de l'éditeur)
J. Mary et E. Denis, La philo des super-héros.

Si vous pensez que la philosophie est réservée aux barbus en toge, vous allez être surpris car la philo se niche partout... y compris chez les super-héros ! Superman, Batman, les X-Men, Hulk, Daredevil et leurs amis vont vous aider à vous passionner pour Kant, Nietzsche, Épicure et bien d'autres. Le bien, le mal, le bonheur, l'identité, la morale apparaissent en filigrane de leurs aventures et de leurs exploits !
de Saint-Maurice (Thibaut), Philosophie en séries.

Les grandes séries sont aujourd’hui les programmes les plus regardés de la télévision. Ce succès ne tient pas seulement à leur qualité de divertissement : il tient aussi au fait que ces séries mettent en scène les grandes questions de l’existence. Desperate Housewives pose le problème du bonheur, Prison Break, celui de la liberté, tandis que Dr House confronte au problème de la recherche de la vérité et 24 Heures Chrono conduit à se demander si tout est permis pour lutter contre des terroristes. Pourquoi alors ne pas prendre le temps de les regarder autrement ? Pourquoi ne pas prendre au sérieux ces œuvres de fiction et en faire le point de départ d’une réflexion philosophique ? Tel est le pari sur lequel repose Philosophie en séries. Chaque chapitre part de l’analyse d’une série, pose un problème philosophique et conduit à la lecture d’un ou plusieurs textes de philosophie plus ou moins classiques. Clair et pédagogique, ce livre relève le pari de faire se rencontrer la culture de masse et la philosophie à travers un dialogue permanent entre les personnages et les concepts philosophiques. Les amateurs de séries verront leurs héros préférés sous un nouvel angle tandis que les lycéens, les étudiants et tous ceux qui s’intéressent à la philosophie auront, avec ce livre, l’occasion de philosopher autrement. (Description de l'éditeur)


Introductions à la philosophie

Nagel (Thomas), Qu'est-ce que tout cela veut dire ?.

Une entrée dans la réflexion philosophique qui tourne le dos aux présentations académiques ou historiques. Ce petit livre présente, sous la forme de cours chapitre, des questions philosophiques "éternelles" dans une perspective contemporaine.
Gaarder (Jostein), Le monde de Sophie.

Tout commence le jour où Sophie Amundsen, une jeune fille de quinze ans, trouve dans sa boîte une lettre qui lui est adressée, et sur laquelle n'est inscrite qu'une seule phrase : "Qui es-tu ?". Une seconde enveloppe lui parvient, et à l'intérieur un nouveau petit mot : "d'où vient le monde ?". L'expéditeur de ces lettres reste un mystère, mais les questions posées intriguent Sophie. C'est le début d'une étrange correspondance qui va plonger la jeune fille en quête de réponses dans une longue visite des principales figures de la philosophie... (Description de l'éditeur)


Philosophie contemporaine

Ogien (Ruwen), L'Influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine.

On trouvera dans ce livre des histoires de canots de sauvetage qui risquent de couler si on ne sacrifie pas un passager, de tramways fous qu’il faut arrêter par n’importe quel moyen, y compris en jetant un gros homme sur la voie. On y lira des récits d’expériences montrant qu’il faut peu de chose pour se comporter comme un monstre, et encore moins pour se comporter comme un saint : une pièce de monnaie qu’on trouve dans la rue, une bonne odeur de croissants chauds qu’on respire en passant … Le but de ce livre est de proposer une « boîte à outils » intellectuels pour affronter le débat moral sans se laisser intimider par les grands mots et les déclarations de principe. C’est une invitation à faire de la philosophie morale autrement, à penser l’éthique librement. (Description de l'éditeur)
Sandel (Michael), Justice.

Une situation de disette extrême peut-elle justifier la cannibalisme? Sommes-nous propriétaires de nous même? Une mère porteuse a-t-elle le droit de garder l'enfant qu'elle a mis au monde? Quel travail mérite quel salaire? Si Michael J. Sandel, professeur de philosophie à Harvard, passionne bien au-delà des campus, c'est parce qu'il excelle dans l'art de ramener les questions politiques les plus complexes à des enjeux dont chacun peut aisément se saisir. En opposant les différentes conceptions de la justice (utilitariste, libérale, communautarienne), il convoque tour à tour Aristote, Humee ou Kant à partir de cas concrets, parfois drôles et toujours imagés. Des dilemmes les plus ordinaires aux grandes questions qui agitent nos sociétés, il s'agit toujours d'interroger les principes d'équité, de citoyenneté, de justice. De remettre, en somme, la morale au coeur du débat.
Wolff (Francis), Il n'y a pas d'amour parfait.

L’amour a inspiré les chants les plus déchirants, les meilleurs romans et les pires, des comédies irrésistibles, des tragédies bouleversantes. Il est possible d’y ajouter quelques considérations philosophiques. Des préliminaires, seulement. Non à l’amour (le philosophe n’a là-dessus aucune expertise), mais à son concept (c’est son domaine, dit-on). L’amour n’est ni l’amitié, ni le désir, ni la passion. C’est la fusion improbable de ces tendances opposées. Car les composantes de l’amour ne jouent pas collectif, tel est le drame, et la grandeur, de l’amour. C’est parce qu’il est de nature hétérogène, donc instable, qu’il est le moteur tout-puissant de tant d’histoires, grandioses ou banales, dans les littératures universelles et dans nos vies ordinaires.(Description de l'éditeur)